Être « dans la zone » ou l’art de la concentration parfaite
planchiste dans la zone (flow), concentration

Lors des grands rendez-vous comme les Jeux olympiques, les coupes du monde ou les finales de championnats, on ne peut qu’être inspiré par la capacité des athlètes à plonger dans leur bulle. Comment y arrivent-ils ?

En psychologie, on utilise souvent le terme « flow » pour parler d’un état où une personne est à son plein engagement. Pour un athlète, ça consiste à s’isoler du monde et à se fier uniquement à la mémoire musculaire qu’il s’est construite en s’entrainant.

Cet état de parfaite concentration est lié à deux éléments : le sentiment du niveau de compétence et le sentiment du niveau du défi. Lorsque le défi est de haut niveau, comme une finale olympique, et que l’athlète se sent compétent, il se trouve dans la zone du « flow ».

On pourrait croire que c’est facile pour un athlète habitué aux grandes performances, mais je peux vous assurer que ce n’est pas toujours le cas. Puisque le « flow » est lié aux sentiments de compétence et de défi, ils sont influencés par l’état psychologique de l’athlète.

Par exemple : un planchiste ayant eu une mauvaise performance à sa dernière compétition pourrait ressentir de la peur ou de l’angoisse, même s’il a été au sommet de son art lors de la dernière année.

L’importance de bien se connaître

Dans ces circonstances, les proches, les coachs et les partenaires d’entrainement peuvent tout autant être des sources de motivation que de distraction. C’est aussi le cas des adversaires, des médias et des partisans.

C’est dans ces situations que les psychologues sportifs interviennent. Ils aident l’athlète à déterminer ce qui influencer sa motivation, sa confiance et sa concentration. Celui-ci peut alors progresser et se sentir mieux dans sa tête et dans son corps.

J’ai toujours été impressionné par les athlètes qui réussissent à maintenir leur concentration en toutes circonstances. On se rappelle la force de caractère exceptionnelle de Joannie Rochette aux Jeux de 2010. Ce n’est pas donné à tous, même aux athlètes olympiens !

Même si nous ne sommes pas des athlètes internationaux, je crois que l’on peut tous appliquer le « flow » dans notre vie personnelle, sportive et professionnelle. En faisant évoluer la difficulté de nos défis en fonction de nos compétences, il est possible de trouver un équilibre où s’épanouir et grandir.

Pensez comme un athlète!

Afin de performer à votre mesure, vous devez passer par les mêmes étapes qu’un athlète, soit :

  • connaitre les étapes qui vous permettent d’aligner vos objectifs, vos efforts et vos comportements vers votre succès;
  • explorer l’impact de vos pensées et de vos émotions et de votre cerveau pour apprendre à les contrôler et les optimiser.

Dans le cadre de l’atelier expérientiel Les stratégies gagnantes, que je présente avec la neuropsychologue Johanne Lévesque les 5 & 6 mai 2018 à Chicoutimi, nous vous aidons à découvrir votre type de personnalité, votre type de compétiteur, ainsi que vos forces et vos faiblesses cognitives.

Grâce à ces informations, vous pourrez vous faire un plan plus détaillé de vos objectifs et prendre les moyens qui vous permettront de les atteindre.

 

performez comme un athlète avec les stratégies gagnantes formation sylvain guimond johanne lévesque

 

 

performez comme un athlète avec les stratégies gagnantes formation sylvain guimond johanne lévesque

 

Les dernières nouvelles du blogue
planchiste dans la zone (flow), concentration
Être « dans la zone » ou l’art de la concentration parfaite

Lors des grands rendez-vous comme les Jeux olympiques, on ne peut qu’être inspiré par la capacité des athlètes à plonger dans leur bulle. Mais comment y arrivent-ils ?

Tenir ses résolutions grâce à l’activité physique
Le secret pour tenir vos résolutions!

Janvier, c’est le mois du renouveau, des résolutions… mais c’est aussi une période où l’on voudrait rester chez soi avec un chocolat chaud et un bon livre…

Grassroots_Week_07
Confiance en soi vs estime de soi

Toute ta vie, tu vis avec toi-même. Tu es pris dans ton corps. Si tu n’aimes pas qui tu es, changes ce que tu n’aimes pas, parce que la vie est longue si on doit la vivre avec quelqu’un qu’on n’aime pas